Les Pélerins du Coeur en marche! Amour, Vérité, Chemin, Liberté ! Veilleur tu es !

28 novembre 2012

Le Nouvel Ordre Mondial expliqué par French Carcan

Une certaine vérité est dite par des hommes dont le coeur est fait d' haine de l'autre et de racisme! La bête est maligne afin de tenter d' égarer et d'aveugler les brebis... mais seul l' amour divin triomphera!
 
Sylvain
 
 
 

Posté par cecsyl à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 février 2012

Le Carême!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
 
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carême (homonymie).

Le carême est une période de jeûne de quarante jours (pour certaines religions et coutumes, c'est cinquante jours) que l'Église a instituée en référence aux quarante jours de jeûne effectués par Jésus-Christ dans le désert.

Il ne s'agit pas de quarante jours consécutifs, comme on peut le constater en comparant la distance entre le mercredi des cendres et la veille de Pâques, mais de quarante jours ouvrables : le jeûne ne s'observe en effet pas le dimanche, la modération restant cependant conseillée ce jour-là. Voir l'article Religion et alimentation.

L’Église orthodoxe connaît deux carêmes : le carême de Noël, du 15 novembre au 24 décembre (nommé chez les catholiques Avent ou Petit Carême), et le Grand Carême du Lundi pur au vendredi précédant le samedi de Lazare et le dimanche des Rameaux.

L’Église catholique romaine appelle simplement Carême la période de préparation à la fête de Pâques qui est, dans le calendrier chrétien, la plus grande fête de l'année : elle commémore et célèbre la résurrection du Christ. Les catholiques comptent un peu différemment des orthodoxes les quarante jours, du mercredi des Cendres au samedi saint inclus, car les dimanches ne sont pas comptés dans le temps de carême. Aux XVIIe et XVIIIe siècles pour l'Église catholique, le Grand Carême désigne les sermons extraordinaires du dimanche et des jours de la semaine, le Petit Carême ne comprenant que les instructions du dimanche.

Sommaire

 [masquer

Origines et histoire[modifier]

Le nom carême provient de la contraction du mot latin quadragesima, qui signifie « quarantième ». Il s'agit d'une référence au jour de Pâques, qui termine le carême. On appelle aussi le carême la Sainte Quarantaine. La durée de quarante jours commémore à la fois les quarante jours et quarante nuits du jeûne de Moïse avant la remise des Tables de la Loi et les quarante jours de la tentation du Christ dans le désert entre son baptême et le début de sa vie publique, lors desquels il fut tenté par Satan, d'après les Évangiles synoptiques.

La pratique du carême remonte au IVe siècle. Les jours qui ont précédé la pâque et la mort de Jésus, ni Jésus ni ses disciples n'ont jeûné. Les récits des Évangiles indiquent qu’à Béthanie, seulement quelques jours avant sa mort, ses disciples et lui se sont rendus chez des gens, où ils ont pris des repas. Jésus a en outre mangé le repas de la Pâque la nuit précédant sa mort. — Matthieu 26:6, 7 ; Luc 22:15 ; Jean 12:2. C'est durant le concile de Laodicée (348? - 381?) que fut prescrite la xérophagie, c'est-à-dire l'usage exclusif du pain et des fruits secs pendant le temps qui correspondait au carême.

Au VIIe siècle, le carême fut établi dans son calendrier actuel. À cette époque, le jeûne consistait à ne prendre qu'un repas quotidien en fin de journée et à s'abstenir de toute nourriture les jours du Vendredi et du Samedi saints.

Une justification de l'intérêt du carême est de considérer qu'il donnait aux populations de l'époque une bonne raison d'endurer les derniers mois de l'hiver, où les réserves en nourriture étaient au plus bas. La privation collective permettait d'atteindre le printemps sans passer par une famine.

Dans le rite latin, les trois dimanches précédant le carême — la Septuagésime, la Sexagésime et la Quinquagésime — étaient eux-mêmes inclus dans la préparation de Pâques. Cependant, les prescriptions de jeûne se relâchèrent très vite et, dès le XIIIe siècle, le repas de midi était autorisé et complété d'une collation le soir.

Une présentation plus complexe des origines et de l'histoire du carême se trouve sur la page Année liturgique du rite de Jérusalem.

Rites actuels dans l'Église catholique[modifier]

Article détaillé : Carême catholique.

L'Église catholique demande aux fidèles de jeûner au minimum les jours du mercredi des Cendres et du Vendredi saint. Mais la pratique réelle du jeûne est difficile à mesurer. En outre, la tradition de manger maigre — c'est-à-dire de s'abstenir de viande et de plat à base de graisse animale — le vendredi se perpétue[1]. Le début du Carême est le Mercredi des Cendres, précédé par le Mardi gras et le carnaval (du latin carnelevamen qui signifie « ôter la viande »). Les catholiques sont invités également à marquer le Carême en se privant d'une chose qu'ils aiment, pas nécessairement de la nourriture.

Carême protestant[modifier]

Article détaillé : Carême protestant.

Les églises réformées n'imposent pas de pratiques de pénitence ou de jeûne, l'insistance porte durant cette période sur la prédication et la méditation. Si dans le luthéranisme on trouve parfois la recommandation de l'abstention de viande le Vendredi Saint, le protestantisme n'est pas directif, aucune consigne particulière n'ayant été laissée par les Apôtres.

Cette absence d'ascèse particulière, de mortification ou de repentance, provient de la sotériologie différente entre le catholicisme et les spiritualités issues de la Réforme. Pour les protestants, le salut s'obtient par la foi seule sola fide en sorte qu'il n'est pas besoin d'accomplir des œuvres de pénitence en vue d'obtenir le salut.

Isabelle Fievet, aumônière à la prison pour femmes de Rennes et épouse de Didier Fievet, pasteur de l’Église réformée, lors d'une conférences de carême sur France Culture rappelle : « Le Carême ne se vit pas en général chez les protestants pour la bonne raison que, la grâce de Dieu étant gratuite, une préparation à Pâques qui passe par des privations ou autres pratiques méritoires ne se justifie pas. C’est même inconcevable pour nous. »

Forme du Carême et rites actuels dans l'Église orthodoxe[modifier]

Article détaillé : Carême orthodoxe.

Selon l'un des plus importants théologiens orthodoxes, Alexandre Schmemann : « avant tout le carême est un voyage spirituel et sa destination est Pâques[2] ». L'importance et la rigueur du carême dans l'Église orthodoxe est à la mesure de l'importance qu'elle porte à la fête de Pâques[3]. C'est en effet lors de la fête de Pâques que se rassemble le plus grand nombre de fidèles dans les pays de tradition orthodoxe ; c'est parfois, bien plus qu'à Noël (contrairement aux pays occidentaux de tradition catholique), le seul jour de fête où viennent même ceux qui ne pratiquent pas habituellement.

Carême-Prenant et Mi-Carême

Article détaillé : Mardi Gras.

Les quelques jours qui précèdent le carême sont fêtés par des carnavals dans certaines traditions. Ces carnavals trouvent leur origine dans des célébrations païennes et sont perçus comme la dernière occasion de faire bombance avant la période de jeûne. Ils peuvent s'étaler sur une période de plusieurs jours, qu'on appelait Carême-Prenant, mais le mardi de Carême-Prenant, c'est-à-dire le Mardi Gras, est en général le jour où le carnaval bat son plein.

La Mi-Carême est fêtée le jeudi de la troisième semaine entière des quarante jours de pénitence.

Posté par cecsyl à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2012

Le sens chrétien de l'Epiphanie!

Fichier:Matthias stom the adoration of the magi.jpg

L'Épiphanie désigne aujourd'hui une fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et recevant la visite et l'hommage des Rois mages. Elle a lieu le 6 janvier [1]. En France et en Belgique, puisque ce jour n'est pas férié, elle est célébrée le deuxième dimanche suivant Noël.
La fête s'appelle aussi « Théophanie », qui signifie également la « manifestation de Dieu ».

  • A l'origine et jusqu'à la fin du IVe siècle, L'Epiphanie est la grande et unique fête chrétienne de la «manifestation du Christ dans le monde»
    (manifestation exprimée outre la venue des Mages par une suite de différents épisodes: la Nativité, la voix du Père et la présence d'une colombe lors du Baptême sur le Jourdain, le miracle de Cana, etc.)
  • Depuis l'introduction d'une fête de la Nativité (Noël) le 25 décembre, l'Épiphanie met l'accent sur des sens spécifiques qui peuvent varier selon les confessions et les cultures.
  • Depuis le XIXe siècle on l'appelle aussi le Jour des Rois en référence directe à la venue et à l'adoration des Rois mages[2].

Le sens chrétien de l'Epiphanie[

voir définition sur le site[de la conférence des Evêques de France].

L'Épiphanie chrétienne célébre ainsi que le rapportent l'évangile et la Tradition :

  • la manifestation publique du Fils de Dieu incarné (Jésus) au monde, non pas comme dans la mythologie grecque à partir d'une révélation extérieure à l'humanité et faite sous les apparences de l'humanité, mais sous la forme d'un enfant engendré, en un temps historique donné, au sein du peuple juif (dans la lignée de David)
  • le messie, qui -après avoir rencontré les petits et les proches (les bergers)- prend place et rencontre le monde dans toute sa diversité, telle qu'elle est symbolisée par des mages , que l'on dit être rois ou savants, de toutes races (l'un est noir ) et venus de pays lointains (situés à l'Est de l'Orient). Ainsi est réaffirmée la dimension universelle du message évangélique.

Dans l'Église latine[modifier]

Cette fête célèbre la visite et l'adoration de l'enfant Jésus par les «mages», relatée dans l'Évangile selon Matthieu. Bien que la Bible ne donne pas leur nombre et ne parle que de «savants venus d'Orient», la Tradition a fait qu'ils sont habituellement appelés les trois Rois mages et sont nommés respectivement : Gaspard, Melchior et Balthazar.

Dans certains pays, la célébration liturgique de la fête est reportée à un dimanche, en vertu d'un indult papal. Il s'agit de permettre aux gens de célébrer la fête dans les cas où ils doivent travailler le 6 janvier si ce jour n'est pas férié. Ainsi, en France et en Belgique, cette fête est célébrée le deuxième dimanche après Noël. En Espagne, où la célébration de l'Épiphanie est particulièrement importante, le jour est férié.

Dans les Églises byzantines[modifier]

La fête commémore le baptême du Christ dans le Jourdain, la descente du Fils de Dieu au milieu de sa création, la stupeur de cette création qui reconnaît son Créateur (le Jourdain retourne en arrière) et la manifestation de la Divine Trinité (la voix du Père et la colombe rendent témoignage au Fils).

Dans certains pays de tradition byzantine, en particulier en Grèce, en Bulgarie, en Roumanie, en Serbie et en Russie, une croix est lancée par l'évêque dans un fleuve ou dans la mer et les jeunes gens rivalisent, en cette saison froide, pour plonger et la rapporter. La fête s'appelle généralement Théophanie et elle est préparée par un jeûne strict le 5 janvier.

À Jérusalem, à l'Athos, en Russie, en Serbie et en Géorgie, la fête est célébrée le 6 janvier selon le calendrier julien qui coïncide actuellement avec le 19 janvier du calendrier grégorien.

Dans l'Église arménienne[modifier]

La fête est une des plus grandes fêtes de l'année car Noël n'est pas fêté le 25 décembre mais, selon l'usage chrétien ancien, le 6 janvier.

Cela correspond aussi aux anciennes traditions des premières églises chrétiennes (antérieures à la conversion de l’Empire romain) et même aux traditions familiales de l’époque, selon lesquelles un enfant ne devient le fils de son père que le jour de sa présentation à lui et la reconnaissance du fils par son père, et ce jour là, on rend aussi grâce à la mère pour cet enfant reconnu par son père et qui se soumet à sa volonté.

Le baptême de Jésus dans le Jourdain correspond donc à cette présentation du Fils au Père, c’est aussi l’acte de la soumission de Jésus à la volonté divine et c’est aussi la date où le Père se révèle à lui. La nativité fêtée prend alors une signification plus théologique que dans l’Église catholique romaine, puisque c’est aussi traditionnellement la date par laquelle il reçoit du père la révélation de sa mission prophétique : ce qui est fêté est plus la naissance du « Christ sauveur » et la manifestation de Dieu (théophanie), que celle de l’enfant Jésus, même si cette célébration est directement liée à sa naissance.

Posté par cecsyl à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

06 janvier 2012

Les religions ont été créees par l'homme, a des fins humaines.

Les religions ont été créees par l'homme, a des fins humaines.

En revanche, Dieu est en chacun de nous, dans notre coeur, il vit en nous et nous lie aux autres et tout ce qui est. Pour ce rapprocher de lui, nous devons nous rapprocher des autres et de tout ce qui vit puisqu'il est partout, dans un sourire, un chant d'oiseau, un rayon de soleil...

Belle journée à tous.

Cécile.

Posté par cecsyl à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour le Nouvel Ordre Mondial, la disparition de l' église catholique est un impératif!

"C’est pourquoi le nombre de fidèles et de hautes autorités préparés pour la bataille importe peu. Ce que nous savons c’est que nous finirons par gagner, car le triomphe est promis"

Cette phrase doit nous donner la force d' affronter cette période avec espoir, amour et détermination!

 Dieu nous aidera, il est dans notre coeur !

Sylvain

 

Le prêtre et médecin argentin Juan Claudio Sanahuja...Ce prêtre est devenu un spécialiste de l’ONU (dans le sens d’observateur de l’ONU). Il a évoqué récemment le sujet avec le journaliste Luis Losada Pescador de l’hebdomadaire catholique espagnol Alba:

"« Le Nouvel Ordre Mondial recherche la disparition de l’Église Catholique » dit un spécialiste de l’ONU, qui étudie depuis des années ce qu’on appelle le Nouvel Ordre Mondial (NOM), et l’intention que poursuivent les agences de l’Organisation des Nations Unies de chambouler l’ordre naturel. "

" Une persécution de l’Église Catholique ou des derniers de ceux qui resteront fidèles à la doctrine de l’Église. Pour le Nouvel Ordre, la disparition de l’Église Catholique est un impératif."

"Humainement je crois qu’une grande partie de l’Église n’est pas prête pour cette bataille. Mais l’Église est avant tout l’Épouse du Christ, et une réalité surnaturelle. C’est pourquoi le nombre de fidèles et de hautes autorités préparés pour la bataille importe peu. Ce que nous savons c’est que nous finirons par gagner, car le triomphe est promis"



Posté par cecsyl à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 janvier 2012

Saintes Paroles de Jesus Christ!

source: http://ralph.le.gall.free.fr/paroles.htm

la Loi fondamentale
Marc 12 : 29 à 31

Le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur,
ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée,
de toute ta force.

Marc 12 : 29 à 31 Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
Marc 12 : 29 à 31 il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.
Matthieu 22 : 40 de ces deux commandements dépendent toute la Loi et les prophètes.
Jean 13 : 35

A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous
avez de l'amour les uns pour les autres.

 haut de la page mots d'ordre
Matthieu 4 : 10 Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul.
Matthieu 4 : 17 Repentez-vous, car le Royaume des cieux est proche.
Matthieu 4 : 19 Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes.
Matthieu 5 : 14 à 16

Vous êtes la lumière du monde... Que votre lumière luise devant
les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres, et qu'ils glorifient
votre Père qui est dans les cieux.

Matthieu 5 : 23 à 24

Si tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton
frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et
va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis viens présenter ton offrande.

Matthieu 5 : 25

Si quelqu'un porte des accusations contre toi, dépêche-toi
de t'entendre avec ton adversaire pendant que tu es encore
en chemin avec lui.

Matthieu 5 : 42

Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui
veut emprunter de toi.

Matthieu 5 : 44

Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien
à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous
persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux.

Matthieu 6 : 6

Quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père
qui est là dans le secret, et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Matthieu 6 : 16 Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste.
Matthieu 6 : 20 Amassez-vous des trésors dans le ciel.

Matthieu 6 : 25 à 33

Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni
pour votre corps de ce que vous serez vêtus... car toutes ces choses,
ce sont les incroyants qui les recherchent. Votre Père céleste sait que
vous en avez besoin. Cherchez premièrement le Royaume et la Justice
de Dieu, et toutes ces choses vous seront données en plus.

Matthieu 6 : 34

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain aura soin
de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Matthieu 7 : 7

Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ;
frappez et l'on vous ouvrira.

Matthieu 7 : 12

Faites pour les autres tout ce que vous voudriez qu'ils fassent pour vous,
car c'est là tout l'enseignement de la Loi et des prophètes.

Matthieu 8 : 22 Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts.
Matthieu 10 : 8 Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.
Matthieu 20 : 26 à 27

Quiconque veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur ;
et quiconque veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave.

Matthieu 22 : 21 Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.
Matthieu 24 : 42 à 44

Veillez, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra...
C'est pourquoi vous aussi tenez-vous prêts.

Matthieu 24 : 46

Heureux le serviteur que son Maître, à son retour, trouvera fidèle et
agissant comme Il le lui a demandé.

Matthieu 26 : 41

Veillez et priez, afin de ne pas céder à la tentation ; l'esprit de l'homme
est de bonne volonté, mais son corps est faible.

Marc 1 : 15 Repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle.
Marc 5 : 19

Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte tout ce que le Seigneur
a fait pour toi, et comment Il a eu pitié de toi.

Marc 5 : 36 Ne crains pas, crois seulement !
Marc 9 : 51 Soyez en paix les uns avec les autres.
Marc 11 : 22 Ayez foi en Dieu.
Marc 11 : 25

Si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que
votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.

Luc 9 : 23 à 24

Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge
chaque jour de sa croix, et qu'il me suive. Car celui qui est préoccupé
par sa vie, la perdra ; mais celui qui perdra sa vie pour moi, la sauvera.


Luc 17 : 3 à 4

Si ton frère s'est rendu coupable d'une faute, reprends-le et, s'il change
d'attitude, pardonne-lui. Et même s'il se rend coupable contre toi sept fois
dans la même journée, et que sept fois il vienne te trouver en te
demandant pardon, tu lui pardonneras.

Jean 6 : 27

Travailez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsite
pour la vie éternelle, et que le Fils de l'homme vous donnera.

Jean 13 : 34

Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi
aimez-vous les uns les autres.

Jean 15 : 13 Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.
Jean 13 : 17

Si vous savez toutes ces choses, vous êtes heureux,

Posté par cecsyl à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 janvier 2012

Un essai sur notre époque!

Partons déja sur un principe de base , le monde est fait de dualité , le jour la nuit , la gauche la droite ,  oui non, le bien et le mal etc
 
Et ce qui va nous interesser est cette dernière dualité en effet le monde a connu des périodes de paix et des périodes de guerre , le vingtieme siecle  a connu les guerres les plus meutriéres. La derniere a été  lancé par les nazis ,par Adolf Hitler qui était une incarnation du mal absolu . Sans est suivi une période de paix dans un astmosphère de guerre froide, toujours cette dualité! On peut donc en conclure que certains au cours des siècles travaillent pour le mal et que d' autres oeuvrent pour le bien des hommes
 
 
 Dans notre monde le but  des élites est de s' assurer le pouvoir dans tous les pays, de créer une gouvernance mondiale , certains se sont réunis dans des "groupes de décisions" un des plus puissant est le bildeberg mais en il existe d' autres la trilatérale, la Cfr et le siècle en France . Les élites font également partis de société occultées du petit peuple tel les Illuminatis , le Skull and Bones, le Bohemians Club etc..( Faites vos propres recherches vous apprendrez beaucoups sur l' Obligarchie Financière Mondiale)
 
 
Leur but ultime est d' arriver à leur l'objectif final ! Cet objectif est d' arriver à créer un Nouvel Ordre Mondial qui a pour but  la création d’un gouvernement mondial sous le contrôle d’une banque mondiale, une armée unique, une religion unique avec la venue de l' Anti-Christ! 
 
Depuis plus de 50 ans l' objectif ultime de ce NOM est recherché , mais pour cela il faut que les peuples acceptent cette refonte totale et globale .
 
Vous me pourriez dire foutaise connerie ce nouvel ordre mondial, ca n' arrivera jamais.Mais ils ont la solution pour l' imposer , je cite Georges Soros, un acteur de ce projet “Je prévois une ère d’instabilité politique et financière dont on peut espérer qu’elle sera suivi de l’émergence d’un nouvel ordre mondial”
 
 
 
Vous me direz nous en France on est pas dans cette réalité occulte, ce désir de nouvel ordre mondial réponse : Nicolas Sarkozy appelant ouvertement à ce fameux nouvel ordre mondial ( qui est d' ailleurs présent sur le billet de un dollar ) lors de sa présentation aux voeux des ambassadeurs en janvier 2009. Il existe la version officielle mais celle ci nous doit nous permettre de nous rendre compte de ce qui est entrain d' émerger!


 Donc Gerges Soros qui est un acteurs important , nous a donc répondu aux conditions nécessaires pour une possible instauration du Nom.

  Il  sera  tout d 'abord necessaire de provoquer un crise financière , ca s' est fait elle est en marche et va etre aussi severe qu' en 1929, il ne manque donc  que la crise politique (qui équivaut à un conflit militaire majeur) pour que les deux conditions soient remplies.
 
Parmi des acteurs qui travaillent à cet objectif qui est féroce et qui n' accepte que rien ne se mette en travers de cette marche en avant, on peut citer  georges soros ,David Rockfeller  , Zbigniew Brzezinski  et si je cite ces trois  personnages c 'est qu 'ils ont été les trois principaux financiers de la campagne du messie Obama. Obama est donc sous controle de ces hommes , on comprend vite qu' il doit servir aux interets de ceux qui l' ont installé au pouvoir.
 
Un autre probleme majeur actuel est Israel et la situation au proche Orient. Les juifs ont connu pendant l' attaque du mal nazie , une extemination impitoyable, la shoah . Cette blessure est encore bien présente et ils ont encore du mal  à comprendre comment des pays comme la france par exemple  ont pu laissé faire une telle atrocité.
 
Le Moyen Orient est une poudriere ,  Israel la cause de multitudes tensions. Israel est entouré par des pays qui sont hostiles a son existence , ce qui reste des palestiniens la syrie , le liban et l ' iran , le pakistan sont les pays qui ont de fortes tensions avec Israel et certains ont déja connu des guerres avec Israel.
   
 
Quand un conflit polique éclatera  les deux conditions de Soros seront réunies pour que le Nouvel ordre Mondial puisse se mette en place sous les yeux des peuples effrayes ,sous le choc. Les acteurs du Nouvel Ordre mondial mettront en avant que  la seule solution est le NOM afin de redonner la paix au monde  et l' espoir dans l' avenir. .
 
  
Tout se qui est en train de se passer  est écrit dans les ecritures saintes , dans la bible !!! Vous vous souvenez de cette fameuse dualité entre le bien et le mal.
 
 
Je vais tenter de vous  résumer rapidement les ecritures, sur des points importants  liés à notre époque mais je  vous invite a relire la bible et surtout  l' Apocalysme de Saint Jean .
 
Pourquoi l' apocalysme? parce que dans la bible l' humanité  en est a ce stade de son existence!
Acopalyse vient du grec révelation ...celle ci devait arriver au moment de la septieme église ,  les septs églises sont en fait les successions des eglise dans le temps , celle que nous vivons s' appelle laodicée.
 
Comment la reconnaitre  me direz vous  , c' est simple c'est celle ou les églises sont désertés ou toutes les valeurs d' amour , de bonté , de fraternité ,de compassion sont oubliés au profit de l' argent , de l' or , de l' individualisme , du commerce à outrance( ca ne vous rappelle pas notre sociètè?). C' est une pèriode ou Dieu délaissera totalement le monde  au porfit de Lucifer en somme de satan qui prone la richesse , la gloire, les guerres le vice etc
 
Souvenez vous que dans le siécle dernier nous avons eu a faire aux guerres les plus meutrières , que le nazisme etait l' incarnation du mal absolu. D' ailleurs le nazisme a voulu exterminer quel peuple? Le peuple juif , le peuple élu de dieu , cf la bible.I
 
 
Dans la révélation , les evenements s' enchainent , il y en a sept qui sont en fait des sceaux , je vous invite à lire ces textes , c'est passionnant.
 
Pour vous donner une idée de chronologie de cette période qui est sous forte influence de Lucifer .
 
 un pseudo sauveur qui nous arrive!
 
Il est indiqué dans la bible qu' un sauveur   apparaitra et  qu il séduira beaucoups de gens, il portera un arc
 
Un prochain conflit au proche orient
 
Ensuite il est fait réference à la guerre , à une guerre qui doit avoir lieu au proche orient et qui touchera jerusalem donc Israel  et qui touchera les nations.
 
 
L instauration d' un nouvel ordre mondial catastrophique.
 
Il y est fait réference au moment de la" tribulation" que cette période débutera quand un gouvernement mondial se mettra en place  pour servir de témoignagne à toutes les nations , celui ci  ayant pour but de ramener la paix dans le monde qui fait face à cette guerre qui a éclaté au Proche Orient .
 
 Ca ne vous rappellera pas ce nouvel ordre mondial que des éllites souhaitent installer à tout prix et dont les politiques comme sarkozy commencent à  évoquer publiquement. Un NOM ou  il n' y aura qu'’un gouvernement mondial sous le contrôle d’une banque mondiale, une armée mondiale, une religion mondiale, une langue mondiale et l' avenant de l'Anti- Christ.
 
Ces élites travaillent à un projet qui a été ecrit et révélé il y a plus de 2000 ans , ccertainsq  n' ont pas conscience que  ce gouvernement mondial  pour lesquelles ils oeuvrent , est cité dans l' apocalypse , dans les  écritures , dans la bible.
 
Pour le reste des ecritures , des évenements à venir , je vous laisse découvrir par vous meme  , je vous invite à relire ou la blible que vous soyez croyant ou pas , cette lecture est enrichissante , elle permet  de poser un regard different sur ce monde formaté qui nous entoure. 
 
" Que ceux qui ont des yeux voient, Que ceux qui ont des oreilles entendent!"
 
Sylvain
 

Posté par cecsyl à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 décembre 2011

Veillez!

 025dweb.gif

Des écrits de la Première Alliance : « Sur tes remparts, Jérusalem, j’ai posté des veilleurs, de jour et de nuit, jamais, ils ne se tairont » (Es 62,6)

Au cœur des exhortations de Jésus, Veillez et priez ! Pourquoi nous répète-t-il, avec tant d’insistance, cette exigence-là ?

« Ce que je vous dis là, je vous le dis à tous : veillez ! » (Mc 13, 37)

•       pour prier et méditer :

Le psalmiste se lève pour veiller : « Je devance les veilles et j’ouvre les yeux, Pour méditer ta parole. » (Ps 119, 148)

Jésus nous en  donne l’exemple : « En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu. » (Lc 6,12)

Tout chrétien est invité à consacrer à la prière une partie de la nuit, fût-elle très courte, le soir après le jour, ou le matin, avant le jour.

•       pour attendre :

Celui qui est venu pour nous sauver est reparti. Mais Il reviendra. Comme l’épouse qui attend le retour de l’époux et reste sans cesse attentive au bruit de sa venue, comment ne pas veiller, dans l’espérance du jour de Dieu ? Le chrétien est un homme d’attente.

« Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure. » (Mt 25, 13)

« Veillez donc, car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, ou le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou le matin; craignez qu’il ne vous trouve endormis, à son arrivée soudaine. » (Mc 13, 35-36)

•       pour résister :

Au moment de son plus grand combat à Gethsémani,  Jésus nous demande de veiller. « Et il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi ! Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. » (Mt 26,40-41). Notre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera (1 P 5,9). Le chrétien est un lutteur. Il doit faire face à l’Adversaire en lui opposant la résistance de la prière, notamment dans la nuit, dont les ténèbres sont le symbole du monde périssable.   «  Sachez-le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. » ( Mt 24, 43)

La béatitude de la vigilance est pleine de promesses.  « Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table, et s’approchera pour les servir. » (Lc 12, 37)

Cela  ne s’exerce pas uniquement pendant la prière nocturne. C’est moins l’absence de sommeil que la nécessité de se garder, de demeurer vigilant. La vigilance est nécessaire dans le combat spirituel, elle nous  garde des mauvaises habitudes et des passions auxquelles celles-ci conduisent. Si on ne veille pas immédiatement à combattre un attachement qui semble innocent, une habitude qui paraît anodine, un acte qu’on suppose accidentel, ils deviennent des passions qu’on ne peut plus extirper de notre âme. Dorothée de Gaza au VIe s. écrit : « Je l’ai dit souvent, autre chose est de déraciner une plante qu’on arrache d’un seul coup, autre chose de déraciner un grand arbre […]. Il faut donc beaucoup de vigilance,  de zèle et de crainte pour ne point tomber dans une mauvaise habitude. »

Veille et vigilance se rejoignent donc dans un même effort pour purifier le désir de l’homme et le réorienter vers Dieu à qui il est destiné.

http://notreeglise.com/2010/05/18/veillez/

Posté par cecsyl à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 décembre 2011

La naissance de Jésus

 
 
Nativité d'Andreï Roublev

Le mot nativité (du latin nativitas) signifie « naissance ». Il s'emploie pour désigner la naissance de personnalités éminentes et saintes, et, en pays chrétien, pour celle de Jésus-Christ. La naissance de sa mère, Marie, est habituellement appelée « Nativité de la Vierge Marie » (célébrée le 8 septembre), et celle de Jean-Baptiste, « Nativité de saint Jean-Baptiste » (célébrée le 24 juin).

Le mot sans majuscule désigne précisément une représentation de ces naissances : depuis le haut Moyen Âge, celles-ci, objet d'une fête liturgique, ont été le sujet de nombreuses représentations artistiques sous forme de peintures, sculptures ou vitraux.

Sommaire

 [masquer

Le récit biblique[modifier]

Selon l'évangile de saint Luc, Joseph accompagné de son épouse Marie, qui était sur le point d'accoucher, était venu à Bethléem afin de s'y faire recenser. N'ayant pas trouvé de place à l'auberge, ils s'installèrent dans une étable, dans laquelle Jésus serait né. Marie y plaça son bébé dans une crèche (mangeoire à bestiaux). La fête du Jour de la Nativité est aussi appelée plus couramment Noël.

« En ces jours-là, parut un édit de l'empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre — ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. — Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d'origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David, appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu'ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l'emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n'y avait pas de place pour eux dans la salle commune. »

— Luc 2,1-7

La date et le lieu[modifier]

Nativité, icône de Kastoria

La naissance de Jésus est célébrée par les chrétiens d'Orient et d'Occident le 25 décembre. Certaines Églises orthodoxes (celles de Jérusalem, de Russie, de Serbie et le Mont-Athos) utilisent le calendrier julien : pour elles, le 25 décembre tombe actuellement le 7 janvier.

Aucun texte dans les évangiles ne précise la période de l’année où a eu lieu cet événement. C’est le pape Libère qui décide, en 354, que Noël sera fêté le 25 décembre et qui codifie les premières célébrations pour pouvoir assimiler les fêtes populaires et païennes, célébrées autour du solstice d'hiver. Cette nouvelle date est rapidement adoptée en Orient (un sermon de saint Jean Chrysostome l’atteste) et, depuis la fin du IVe siècle, elle supplante la date antique du 6 janvier.

Seule l'Église arménienne a conservé l'usage ancien de fêter ensemble, le 6 janvier, à la fois la Nativité, l'Adoration des mages et le Baptême du Christ. Le 6 janvier, les Églises d'Orient fêtent aujourd'hui le baptême du Christ et les Occidentaux l'Adoration des mages, événements liés à l'avènement du Christ dans le monde.

La première Anno Domini est traditionnellement considérée comme l'année qui a suivi la Nativité, c'est la première année de l'ère chrétienne dans le calendrier grégorien. C'est la circoncision du Christ (fêtée le 1er janvier) qui marque le début de cette année.

Les célébrations de l'événement[modifier]

Sarcophage de Stilicon à Milan (IVe siècle après J.-C.), une des plus anciennes représentations de la Nativité.

Pour les chrétiens, Noël est la fête de la Nativité, une des fêtes religieuses les plus importantes de l'année. Chaque année, au début de l'Avent (1 à 4 semaines avant Noël), les familles catholiques installent dans leur maison une crèche qui représente la scène. La crèche sera rangée après l'Épiphanie début janvier. On trouve également une crèche dans chaque église à cette époque de l'année. Les pratiquants vont soit à la veillée de Noël suivie d'une messe de minuit le 24 décembre au soir, soit à la messe du jour de Noël le 25, soit participent au deux. Dans les pays de tradition chrétienne se perpétuent depuis des siècles les chants de Noël, compositions populaires qui célèbrent, de façon idéalisée et naïve, la naissance de l'Enfant Jésus et les événements qui l'accompagnent (visite des bergers, des rois mages, etc.)

Les représentations[modifier]

Article détaillé : Nativité (peinture).
La Présentation au Temple,
Giovanni Bellini, 1500.
Nativité par Charles Le Brun.

Les représentations populaires de la Nativité montrent Joseph et Marie penchés sur le berceau de Jésus, entourés d'animaux de ferme (le bœuf et l'âne). L'étable où ils auraient trouvé refuge est, selon l'inspiration des artistes, soit une grotte, soit une grange, voire une interprétation architecturale (Botticelli). Des bergers et leurs moutons arrivent, alertés par des anges.

Les deux plus anciennes représentations de la Nativité qui soient connues datent du IVe siècle. La première consiste en une peinture murale ornant la chambre mortuaire d'une famille chrétienne ayant vécu aux environs de 380, découverte dans les Catacombes de saint Sébastien à Rome. L'autre mention fait référence à une scène peinte sur un sarcophage de la basilique Saint-Maximin représentant l'adoration de l'Enfant Jésus par les rois mages. Mais l'essentiel des représentations remonte en occident au Moyen Âge, tandis qu'en Orient les icônes ont très tôt représenté la Nativité. De très nombreux peintres y ont depuis trouvé leur inspiration.

Récit coranique[modifier]

Dans l'islam, Jésus est un prophète et est appelé Îsâ. Sa naissance est décrite dans la sourate 19, Maryam.

« Elle devint donc enceinte de l'enfant et se retira avec lui en un lieu éloigné. Puis, saisie par les douleurs de l'accouchement, elle s'adossa au tronc d'un palmier en s'écriant : « Plût à Dieu que je fusse morte et oubliée bien avant cet instant ! ». Une voix l'appela alors de dessous d'elle : « Ne t'afflige point ! Ton Seigneur a fait jaillir un ruisseau à tes pieds. Secoue vers toi le tronc du palmier, il en tombera sur toi des dattes mûres et succulentes. Mange, bois et réjouis-toi ! S'il t'arrive de voir quelqu'un, dis-lui : “ J'ai fait vœu d'un jeûne au Tout-Miséricordieux. Je ne parlerai donc aujourd'hui à aucun être humain.” ». Puis elle revint auprès des siens avec l'enfant dans ses bras. »

— Sourate 19, 22-27

Posté par cecsyl à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2011

Aimez-vous !

« Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres. » (Jean 13,34)

Posté par cecsyl à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,